Delphine LEMAIRE

Delphine LEMAIRE

Sophrologue diplômée, Promotion 63

Formée au coaching en psychologie positive et techniques comportementales et cognitives (TCC) et en méditation de pleine conscience.
Formatrice en entreprise
Intervenante en DU de coaching à l’IAE de Lyon et Paris Dauphine.

Site : Pause-sophrologie.fr

« Le sophrologue a toute sa légitimité dans la prévention et l’accompagnement des salariés en souffrance. »

 

Delphine propose une formation continue à l’ISRA du 28 au 29 Mars 2020 sur le Burn-Out. A l’issue de la formation, vous serez en mesure d’accompagner une personne dans toutes les étapes du burn-out et de lui donner des clés pour retrouver un chemin de résilience. Plus d’information ici.

Depuis quand es-tu sophrologue, et comment es- tu arrivée à la sophrologie ?

J’exerce le métier de sophrologue depuis 10 ans et je pratique la sophrologie depuis 25 ans. Ma première rencontre avec la sophrologie, ce fut à l’occasion de ma première grossesse, et çà été comme un coup de foudre !

Les sensations que j’ai ressenties se sont gravées en moi. Dès lors, j’ai senti que ma place était dans cet univers de l’être avec toutes ses déclinaisons : mal être, bien être, mieux être.

Mais, ce n’est que 15 ans plus tard que j’y suis revenue…

Après un parcours intense en entreprise ou j’ai occupé différents postes, dont des postes Ressources Humaines, et finalement l’expérience d’un burn-out, j’ai pris la décision de m’écouter et naturellement de prendre ma place dans la relation d’aide.

Depuis 10 ans maintenant, j’accompagne des personnes à mieux vivre ce qu’elles ont à vivre.

D’où t’es venue l’idée de proposer une formation burn-out à l’ISRA ?

Dans mon cabinet ou lors de mes interventions en entreprise, je rencontre beaucoup de personnes en souffrance dans leur sphère professionnelle. Je les accompagne alors dans leur reconstruction et dans leur résilience. Souvent, j’interviens après. Le burn-out est encore un mot que l’on utilise du bout des lèvres en entreprise.

C’est la raison pour laquelle je propose cette formation afin de prévenir !

Identifier, sentir les signaux d’alerte, comprendre ce qui se joue, recontacter ses ressources, poser ses limites pour un retour à l’emploi en sécurité…

Là où le sophrologue a toute sa légitimité dans la prévention et l’accompagnement des salariés en souffrance. Par une prise de conscience du schéma corporel, de l’épuisement général de la personne, puis de ses ressources et capacités, nous pouvons accompagner la personne à cheminer à son rythme dans sa reconstruction et son renouveau.

Quel fut ton lieu de stage lors de ta formation en sophrologie ?

J’ai effectué mon stage au CKRF à Bron, centre de kinésithérapie respiratoire fonctionnelle. J’ai accompagné de jeunes mamans à « garder le cap » malgré la maladie et les difficultés de leurs jeunes enfants. Ce fut une première expérience très enrichissante et très touchante. Les séances étaient comme des parenthèses durant lesquelles elles pouvaient enfin s’autoriser à prendre soin d’elles. Une découverte pour elles !

Comment es-tu parvenue à allier la psychologie positive et la sophrologie dans ta pratique professionnelle ?

L’action positive est un des principes forts de la sophrologie. J’avais envie de creuser encore cet aspect en m’inspirant des dernières avancées et études scientifiques en la matière. Je me suis donc certifiée en TCC[1] et psychologie positive. Avec ces méthodes très complémentaires, je peux accompagner mes client (e)s dans toutes les dimensions de leur être en fonction de leurs besoins, de leur chemin et de là où ils en sont.

Avec quel public interviens-tu et où ?

J’interviens auprès de publics très variés : que ce soit en accompagnement individuel de particuliers, en séances collectives hebdomadaires, sous forme d’ateliers thématiques. Auprès d’étudiants, de professionnels en reconversion, de salariés en entreprise…

Es-tu parvenue à trouver une sorte d’équilibre professionnel ?

Aujourd’hui, après 10 années de pratique, je m’épanouis complètement dans mon métier. Il est source de beaucoup de joie, d’émotions et de gratification.  Je le dois certainement à l’équilibre que je trouve dans la variété de ce que je propose et dans la créativité que j’y mets.

Chaque journée, chaque semaine est différente : entre les séances collectives, individuelles, les ateliers, les journées de formation en entreprise ou en milieu scolaire, les week-ends ou j’emmène des groupes loin du monde… je trouve un équilibre professionnel qui me convient. (Associé bien sûr à un équilibre de vie d’une manière plus globale). Je veille, pour avoir expérimenté à quel point c’est vital, à garder des temps pour moi, pour me ressourcer, physiquement, psychologiquement et spirituellement.

Je me fais superviser, je pars régulièrement faire des retraites, randonner, voyager.

Quels conseils pourrais-tu donner aux futurs sophrologues ?

Quand vous travaillez dans l’authenticité de la personne que vous êtes, quand vous privilégiez la relation sincère et bienveillante,

quand vous prenez soin de vous autant que vous prenez soin de vos clients, alors vous êtes sur le chemin d’un avenir professionnel souriant et épanouissant.

Delphine Lemaire

_____

[1] Techniques Comportementales et Cognitives.

Découvrez d’autres partages…